Vous êtes ici : Accueil > Ressources > Parcours thématiques > SCIENCE EN FICTION : CITÉS DU FUTUR

SCIENCE EN FICTION : CITÉS DU FUTUR

Chaque semaine dans le monde 1 million de personnes viennent s'installer en ville. A ce rythme effréné,  le nombre de citadins devrait passer de 3.6  à 6.3 milliards en 2050 et représenter 70 % de la population mondiale.


Alors qu’elles n’occupent que 2 % de la surface du globe, les villes abritent plus de la moitié de la population. La plupart des grands mouvements d'urbanisation sont dus au fait que des populations ont été chassées de leur campagne.


Les problèmes majeurs engendrés par cette urbanisation sans précédent du monde sont divers :  approvisionnement en eau, en nourriture, en air pur, excès de pollution, chaos engendré par la circulation. Le principal défi est la gestion des ressources énergétiques. Les villes représentant 75 % de la consommation énergétique et 80 % des émissions de CO2, agir à l'échelle de la ville aura donc un impact global.

(sources : la série d'émissions en 3 parties "Les villes du futur" d'Arte France (2014, http://future.arte.tv/fr/les-villes-du-futur) et le dossier publié à l'occasion de leur diffusion (http://future.arte.tv/fr/sujet/la-ville-du-futur)

Depiction of a futuristic city CC_BY-SA_3 Cronus Caelestis
(Depiction of a futuristic city Creativ Common BY-SA 3.0 Cronus Caelestis)

 

Les cités du futur devront-elles être forcément plus verticales ? Quelle place donner à la nature en ville (parc, agriculture urbaine...) ?  Les bâtiments du futur seront-ils autonomes sur le plan énergétique (l’internet de l’énergie) ? Seront-ils fortement informatisés, garnis de capteurs de toutes sortes et hyper-connectés afin de les rendre plus efficients ? Doit-on sacrifier sa liberté au besoin de sécurité ?

L' urbanisme technologique  nous promet ainsi des villes hyper-rationnelles, 100% durables, et parfaitement sûres : des villes intelligentes à l'image  de Songdo en Corée. Il s'agirait de la première cité ubiquitaire du monde dans laquelle des capteurs transmettent les données personnelles des citadins à un ordinateur central, et cela dans le but de leur simplifier la vie. Mais ces cités hyper-connectées ne risquent elles pas d'engendrer un pouvoir ultra-centralisé ? Des applications big data (mégadonnées) visant à  améliorer la gestion de la ville ne vont-elles pas permettre l'émergence d'un Big Brother ?

Selon l'auteur de SF Alain Damasio " La sécurité est devenue un affect plus enviable que la liberté. C’est pas Big Brother, c’est Big Mother ! C’est plus un pouvoir disciplinaire, c’est la mère couvante qui nous enveloppe !" (in interview de l'auteur par Andréa Fradin pour les Inrocks 25/11/13 http://www.lesinrocks.com/2013/11/25/medias/lauteur-sf-alain-damasio-dis...)

Les auteurs (écrivains , cinéastes, auteurs de BD) de Science-Fiction se sont emparés de ces questions fondamentales en représentant les cités du futur comme des lieux de contrôle anxiogènes,  déconnectés d'une nature idéalisée ... Dans des récits qui donnent souvent  de la ville -archétype de la modernité- une image négative, ils visent  à mettre en perspective des problèmes urbains bien réels.

"La représentation de la ville proposée par la Science-Fiction est très majoritairement marquée par quatre caractéristiques paysagères et sociétales: la densité, la verticalité, le contrôle social et la rationalité scientifique de l’organisation urbaine. La graphie de la ville de Science-Fiction à l’écran offre ainsi d’évidentes connivences avec la bande dessinée (la figure d’Enki Bilal dessinateur avant d’être réalisateur est, à cet égard, significative), la littérature (puisque la plupart des films de Science-Fiction sont des adaptations d’œuvres littéraires, comme Fahrenheit 451 adapté de l’œuvre éponyme de Ray Bradbury parue en 1953) et l’architecture (Fritz Lang). Cette même conception de la ville dans des films de science-fiction réalisés dans des contextes socio-historiques très différents est très fréquente. Elle témoigne, à des degrés divers, d’une forte hostilité à l’égard de la ville." (Pierre-Jacques Olagnier, Université de Picardie Jules Vernes in Les dystopies urbaines dans le cinéma de science fiction, article disponible en ligne .)

SHARE

Catalogue

Recherche rapide

Connexion utilisateur

Par défaut, votre mot de passe est votre nom de famille. Il est recommandé de le modifier dès votre première connexion. En cas d'oubli ou de dysfonctionnement, adressez vous au personnel.

Coup de coeur parcours